Organiser sa formation radioprotection patient en classe virtuelle
Veille réglementaire, Veille scientifique

Organiser sa formation radioprotection patient en classe virtuelle

Écrit par Guillaume Bonniaud le 3 juin 2020

[Cet article a été rédigé en collaboration avec Foued, notre responsable formation ; il fait suite au webinaire du 26 mai 2020]

L’épidémie de COVID19 a considérablement accéléré l’usage des outils numériques. Elle a confirmé l’intérêt des pédagogies asynchrones (e-learning) et synchrones (classe virtuelle). Cette mutation est indispensable, et probablement souhaitable car elle a de nombreux avantages. Gain de temps, flexibilité d’organisation, réduction des coûts pour n’en citer que quelques-uns. Mais le plus important, c’est une manière de réduire son empreinte carbone.

Cependant, des questions se posent : quelles sont les contraintes techniques ? Peut-on maintenir voire améliorer la qualité pédagogique ?

Nous vous livrons les principaux éléments de compréhension de cette question complexe, et les quelques règles d’or pour réussir vos formations. Cet article complète ainsi celui sur la formation radioprotection.

La classe virtuelle : de quoi parle-t-on ?

Les fondements théoriques

Un peu de sémantique pour commencer ! Rappelons les différences entre e-learning, blended learning et classe virtuelle.

Les manières d'apprendre ont bien évolué..
Les manières d’apprendre ont bien évolué.. depuis 1932
  • Le « e » de e-learning est l’abréviation de « électronique » (comme dans e-commerce). Adossé à learning (traduction : apprentissage), le e-learning devrait être traduit par « apprentissage en ligne ».
  • Le blended learning ou « formation mixte » est un dispositif qui combine deux modalités d’apprentissage : le e-learning (apprentissage en ligne) et le présentiel (formation « classique » avec un formateur)
  • La classe virtuelle correspond à une formation classique.. mais réalisée à distance (simple rupture de l’unité de lieu)
  • L’écran est un mot souvent connoté négativement ! Et pour cause, dans son sens premier, l’écran à une fonction d’arrêt, il occulte. Il est également « une surface optique » de projection unilatérale (la télévision, le cinéma, nos ordinateurs dans certains usages). Il peut également protéger (temps, écran, distance !). Aujourd’hui, l’écran à une fonction de médiation interpersonnelle : c’est un périphérique visuel ET tactile connecté au réseau mondial internet.

Du blended au présentiel

La formation radioprotection des patients s’articule généralement autour d’un parcours e-learning (phase asynchrone) et d’un atelier de formation en groupe animé par un formateur (phase de formation asynchrone). Cette séance souvent appelée présentielle, suppose des échanges et de l’interaction entre le groupe et le formateur. L’enjeu de la classe virtuelle, c’est d’assurer un contact efficace entre le groupe et le formateur malgré la médiation de l’écran.
Autrement dit, réunir formateur et « apprenants » autour d’un sujet donné dans une expérience réelle et actuelle médiatisée par un écran. Elle doit permettre les échanges (visuels en intégrant possiblement un versant tactile)

La pédagogie

LA question, c’est comment maintenir la qualité pédagogique. En effet, l’expérience en ligne peut être complexe pour trois raisons principales :

  • Il faut maintenir l’attention des participants
  • Il y a moins de contact visuel 
  • L’expérience peut être fatigante

La classe virtuelle n’est donc pas une simple transcription de la salle de cours. Il faut adapter le rythme, la pédagogie, ménager des temps de pause, et utiliser des outils interactifs.

En classe virtuelle, l’atelier est adapté pour conserver un mode de formation synchrone. Les objectifs sont les mêmes qu’en « présentiel » mais l’échange passe par la vidéoconférence. Le support diaporama, orienté sur l’illustration des concepts, évolue peu, ainsi que les cas cliniques.

Il faut néanmoins maintenir l’attention des participants et leur offrir des respirations. Les modules sont donc re-découpés en séquences plus courtes. Des quizz interactifs, et/ou ludiques, permettent à la fois de dynamiser le rythme, de vérifier que les apprenants « suivent » et sont bien présents (quand la caméra est coupée).

La simulation numérique

Excellent outil pour renforcer l’engagement des participant.e.s et pour renforcer la pratique : la simulation virtuelle. Plongés dans un univers réaliste et similaire à l’environnement habituel, les professionnels, guidés par le formateur, se confrontent ainsi à des questions concrètes.

la simulation numérique permet de mettre les professionel.le.s en situation
Poser un picc-line, régler l’arceau, réduire la dose : comme dans une vraie salle !

Ce n’est pas de la science fiction : notre simulateur en radioprotection (disponible sur MedicactiV) permet aujourd’hui de se mettre en situation au bloc opératoire !

Ce sont les professionnels qui en parlent le mieux !

Le rôle renforcé du formateur-médiateur

En classe virtuelle, le rôle du formateur est encore plus important, car il ne dispose pas du même confort de contact !

  • Il doit encore plus se préparer : revoir le déroulé du cours, anticiper les difficultés de compréhension, préparer ses outils, interpréter les résultats des quizz. Son attention est très sollicitée !
  • Il faut qu’il travaille sont écoute du groupe et répondre à ses interrogations ou ses inquiétudes.

Plus que jamais donc, le formateur est médiateur avant d’être sachant. Il doit savoir écouter avec empathie et s’adapter à son public. Son rôle est crucial, et chez esprimed, nous passons du temps avec eux pour qu’ils soient à l’aise le jour J.

Technique, sécurité : commet on s’y prend

Les outils de visioconférence

Il existe de nombreux outils pour organiser une conférence en ligne : citons Zoom, Webex, Microsoft Teams… les logiciels et solutions abondent ! Elles possèdent toutes des avantages et de inconvénients, et nous ne sommes pas suffisamment expert pour en juger ! Les articles de comparaison pullulent, on vous laisse donc trouver celui qui vous convient. Quelques critères de choix cependant : fluidité de la voix et de la vidéo, facilité d’usage, sécurité des données sont à regarder avec attention !

Les conditions de participation sont aussi très importantes : au calme, lumière tamisée, bureau rangé et notes à portée de main…

Organiser des quizz

Les outils interactifs sont très nombreux sur le marché. Une conséquence de la forte tendance à la gamification des formations. Là aussi, il existe une multitude de choix possibles pour créer des respirations et de l’interactivité durant votre formation. Citons-en quelques-un :

utiliser vos smartphone pour vos formations ? un excellent moyen de les dynamiser !
Dynamiser sa formation en y introduisant des moments ludiques et interactifs, y compris via les smartphones des participants

Le choix de l’outil dépend de l’usage recherché, de ce que vous utilisez déjà comme matériel pédagogique, de vos conditions de formation : certains nécessitent l’usage du smartphone par exemple, soyez vigilants

Valider la présence

Il est très important de valider la formation sur le plan règlementaire. Il faut maintenir le niveau de preuve de l’atelier présentiel. Rappelons la règle habituelle : le formateur, en signant la feuille d’émargement atteste de la présence des participants aux différentes séances. Pas de papier à signer en numérique ! Pas d’obstacle technique : les LMS intègrent des solutions d’authentification, qui passent notamment par l’email des participants.

Les règles d’or

Il est impératif de définir bien à l’avance le lieu (sur site, en groupe ou seul, à domicile…) de la formation. Un rendez-vous plusieurs jours avant la formation permet de réaliser les tests : configuration réseau, débit, qualité sonore, etc. C’est un moment très important puisqu’il conditionne le bon déroulement de la formation. Rien de pire qu’une séance qui commence en reatdr en raison de problèmes techniques ! (c’est vrai aussi quand il faut 20 minutes pour vous brancher au projecteur dans une salle « classique » !)

Ce rendez-vous permettra également de répondre à vos interrogations et d communiquer avec les participants. Evidemment, lorsque la formation à lieu sur site (hopital, clinique), il est indispensable de communiquer avec le service informatique !

En conclusion

Le format classe virtuelle est un formidable outil pédagogique. Il cumule de nombreux avantages : agilité, facilité d’organisation, et impact carbone limité. Cependant, sa mise en oeuvre n’est pas une simple transcription de la salle de classe. Elle nécessite d’adapter la pédagogie, de réfléchir à l’interactivité, et de préparer les formateurs.

Pour voir le replay de notre webinaire, il vous suffit de cliquer ici.

Vous pouvez aussi vous inscrire à la newsletter, ou me contacter via le formulaire !

Voir un cas client